Archive de la catégorie ‘Non classé’

Vendredi 16 janvier 2009

 

Bonjour Sourire,

Suite à de nombreuses questions quant aux différentes pratiques exercées en cabinet, et de par le fait que certains d’entre vous, patients ou amis, m’on fait part à plusieurs reprises de leurs difficultés à expliquer à leurs proches le déroulement et le suivi des séances, je vous propose à travers ce blog, une information plus complète.

Les différentes thérapies pratiquées dont vous trouverez dans les articles suivants une plus complète description, sont: la Naturopathie, la Généalogie, la Thérapie Crânio-Sacrée, la Reprogrammation Cellulaire ADN et l’EFT.

Commençons par la fin Clin doeil… et allons droit au but !!!

Que puis-je attendre de ce travail ? Qu’est -ce-que cela va changer dans ma vie ?

La totalité de la thérapie vous apporte :

1/ Un changement de regard sur votre histoire

2/Une Revalorisation de vous même (et souvent une déculpabilisation…)

3/L’Envie d’Oser faire ce dont vous doutiez être capable de faire

4/ Du recul par rapport à TOUT l’évènementiel journalier de votre vie

5/Un renouvellement énergétique et de nouvelles forces.

ET… au final ?

UN AUTOCOACHING ET UNE AUTONOMIE EMOTIONNELLE ET CURATIVE AVEC LES TECHNIQUES MISES A VOTRE DISPOSITION.

AUTRE QUESTION :

Quel est le rythme de cette thérapie ? Combien de temps me faudra-t-il pour avancer ?

A cette question je répondrai que l’évolution personnelle ne dépend que de nous… facile me direz-vous… c’est vrai… aussi voici mes « statistiques » : En général toutes les personnes se sentent mieux dès la première séance.

Pourquoi ? Parce-que la synergie des différentes techniques (énergétique pour la Crânio-sacrale, écoute pour la Généalogie, support et apport en oligos-éléments et plantes pour la Naturopathie, soulagement immédiat avec l’aide de la Reprogrammation Cellulaire et EFT) nous place directement sur une autre ligne énergétique et vitale.

Et sinon ? Votre entourage vous en témoigne soit dès la première séance soit au plus tard… à la 4ème.

QUELLE DEVRA ETRE MON IMPLICATION ?

Tout projet dépend de l’intention insufflée au départ. Aussi votre implication va se situer au niveau de votre envie et de votre capacité à vous voir vous même dans un nouveau schéma de vie. Plus vous projetterez vos idées vers le meilleur de vous même et de ce que vous êtes capables de vous donner… et plus vous aller créer de l’harmonie autour de vous.

Cependant,… avoir le désir de prendre un nouveau départ implique souvent de commencer un « nettoyage »… quelle forme cela va t-il prendre ? Simple. Certains proposent des nettoyages du corps, des jeunes, des cures… moi je vous propose de revisiter votre passé, une fois, deux fois, trois fois si nécessaire avec l’aide de la Psychogénéalogie ce qui implique un retour en arrière sur lequel nous ne nous appesantirons pas, ce n’est pas le but, le but est d’avoir un nouveau regard sur le pourquoi telle ou telle chose s’est passée ou a pu arriver, en prendre conscience c’est déjà la transformer dans notre présent.

En même temps que ce retour sur le passé se fait, nos projets peuvent commencer à s’articuler, à prendre forme, car notre vision est plus claire et nos cellules peuvent commencer à évacuer le poids des évènements passés. Lorsque nous évacuons ce passé de nouvelles choses peuvent arriver dans nos vies.

 

                          img0165som.jpg

 

Vendredi 16 janvier 2009

                                                   L’ADN ET LE MONDE QUANTIQUE 

« Nous faisons tous partie d’un grand hologramme nommé Création, qui est le SOI  de tout le monde… C’est un jeu cosmique où il n’y a rien d’autre que vous !! » de Itzhak Bentov, scientifique, auteur et mystique.

« Voici le monde dans un grain de sable Et le Ciel dans une fleur sauvage, Tenir l’infini dans la paume de ta main Et l’éternité dans une heure » de william Blake, poète et visionnaire mystique.

« Toute matière provient d’une force et n’existe que par celle – ci… Nous devons présumer l’existence, sous cette force, d’un Esprit conscient et intelligent. Cet Esprit est LA MATRICE de toute la matière… » Max Planck, père de la théorie quantique.

Citations du livre de Gregg Baden « la Divine Matrice »… et encore ceci :

« Ainsi nous découvrons et commençons à peine à comprendre que nous sommes connectés non seulement à tout ce que nous voyons aujourd’hui dans notre vie, mais aussi à tout ce qui a jamais existé, de même qu’à des choses qui n’existent pas encore. En outre, ce dont nous faisons l’expérience maintenant est le résultat d’évenements qui se sont produits (au moins en partie) dans une sphère de l’univers qui nous est invisible.

Les implications de cette relation sont énormes. Dans un monde où un champ énergétique intelligent relie toutes choses, de la paix globale à la guérison personnelle, ce qui autrefois passait pour miraculeux ou fantastique devient soudain possible dans notre vie » Gregg Baden.

                         

                            img0143ok.jpg

Nous avons à comprendre un nouveau paradigme :

D’après plusieurs découvertes scientifiques dont vous trouverez les descriptions exactes dans le livre cité et partagées par plusieurs auteurs :

. Il existe un champ d’énergie qui unit toute la création

. Ce champ comme un miroir reflète nos croyances

. L’univers à l’image de notre ADN est holographique

. Nous communiquons avec ce champ par le language de l’émotion

. L’ADN humain exerce un effet direct sur ce dont notre monde est fait (les photons)

. L’émotion humaine agit sur L’ADN qui affecte ces photons

. La relation entre les émotions et l’ADN transcende le temps et l’espace, les effets sont immédiats et simultanés quelle que soit la distance.

. Nous ne sommes séparés de RIEN.

Alors oui toutes ces belles découvertes me direz vous… c’est top… mais… comment les mettre en pratique ? Au delà de la pensée positive qui est déjà un outil extraordinaire existent d’autres concepts que je vais vous décrire ici :

Le concept n°1 est extrait des livres de Mme. Kishori Aird, auteure et enseignante de « l’ADN démystifié », « L’ADN et le choix quantique »… voir www.kishori.org

Ce concept traite avant tout du principe de coexistence : apprendre à faire coexister nos peurs, nos doutes, nos incertitudes, pour créer dans le lâcher prise.

Au delà des pensées positives ordinaires il y a avec ce principe une reconnaissance et une acceptation de l’état ou de la situation négative présente incluant la possibilité de la transformer même si nous ne savons pas comment…

Par exemple : « même si aujourd’hui je me vois dans l’incapacité de réaliser le travail que j’ai à faire je choisis de penser qu’il est possible de vivre dans les heures qui suivent un état de satisfaction et de plaisir intense de par le fait que j’ai réussi à terminer ce que je souhaite faire, même si je ne sais pas comment… »

Dans cette simple phrase vous avez tout un mode d’outillage pour devenir créateur de votre vie. Pourquoi ?

1. Vous ne luttez plus contre le négatif, vous le reconnaissez et l’englobez dans une nouvelle possibilité (le choix quantique d’un autre possible)…

2. Vous faites coexister vos doutes, vos angoisses et vos incertitudes avec le même si je ne sais pas comment…

La situation est ainsi « au point zéro »… point d’équilibre décrit et utilisé dans les outils de travail enseignés par Mme. Kishori Aird …mais… attention… une partie importante et cruciale dans cette phrase va être le pivot de cette création : C’EST LE RESSENTI. L’ETAT DE SATISFACTION QUE NOUS COMMANDONS PAR NOTRE CHOIX. C’est le ressenti de joie et de satisfaction que nous éprouvons qui va influer sur notre ADN et influer à son tour sur les photons qui créera effectivement la situation dans notre réalité.

Voici une clé importante à comprendre.

Les cours de Mme. Kishori Aird pourraient effectivement s’apparenter à ce que certains pourraient appeler « la pensée magique », en effet il est décrit que l’ADN est sensible à la voix et de par nos intentions lors des séances ADN s’ouvre un monde de reprogrammation au point d’équilibre zéro…. Lors de ces séances ADN s’ouvre effectivement un monde magique où tout nous paraît possible et effectivement bien souvent le fait d’emettre clairement nos objectifs, de les projeter et de les visualiser finit par les faire arriver…même si nous en doutons.

Encore plus loin et décrit par un scientifique primé pour sa découverte, voir www.garnier-malet.com « Changez votre futur par les ouvertures temporelles » et « le double comment ça marche », nous est décrit un monde de lâcher prise et de confiance totale qui rejoint en tout point ce que nous dit Gregg Baden : « Ce n’est pas n’importe quel sentiment qui fera l’affaire. Ne peut créer que celui qui est dénué d’ego et de jugement ».

« Selon toute apparence, plus notre désir de changer le monde est fort, plus notre pouvoir de le faire nous échappe ».

C’est que notre volonté est trop souvent fondée sur l’égo. Si elle ne l’était pas, le changement n’aurait pas autant d’importance pour nous. Il semble cependant qu’en atteignant l’état de conscience où nous savons que nous pouvons modifier notre réalité, il devienne beaucoup moins important pour nous de le faire.

Par exemple, de la même façon que le désir de conduire une voiture s’estompe après que nous avons commencé à le faire, l’urgence de faire des miracles, qu’il s’agisse de guérison ou de paix, semble disparaître quand on en a acquis la capacité. C’est peut-être que, quand nous savons que nous pouvons changer les choses, nous acceptons le monde tel qu’il est.

c’est cette liberté procurée par le fait de posséder le pouvoir sans y attacher trop d’importance qui nous permet d’être encore plus efficaces dans nos prières. Et là réside peut être la réponse à la question posée par ceux qui ont médité, chanté, « omé », dansé et prié pour le rétablissement d’un être cher…Nous devons d’abord avoir dans le coeur le sentiment de guérison, d’abondance, de paix, comme si elles étaient déjà arrivées, avant qu’elles ne deviennent réalité dans notre vie ».

Alors J-P Garnier nous décrit que tout dans l’univers est double et que étant à l’image de l’univers… nous avons tous un double de nous même, un peu un super – man sur une autre ligne du temps qui aurait plus de temps que nous pour régler les problèmes, y réfléchir, trouver la meilleure solution, faire le meilleur tri parmi tous les possibles…

Il nous informe que les anciens ne s’endormaient jamais le soir sans se relier à leur double, et qu’ils lui confiaient leurs problèmes comme parlant à un ami, dans un lâcher prise total quand à être dans la certitude que cet ami si grand allait trouver la meilleure solution pour eux, ils s’endormaient après lui avoir dit « que ta volonté soit faite, dans cette situation fais le meilleur tri pour moi »…

Alors expérience faite, se relier à son double est extrêment positif, dans le fait que l’on peut lui confier ses inquiétudes, sa nervosité ou ses angoisses et qu’un état de calme alors survient le lendemain, les situations se règlent au mieux et parfois dans l’inattendu…

Qu’avons nous fait ?

Nous avons créé dans notre matrice existentielle un Etat de Certitude et de Confiance Totale…

Nous avons mis de la magie (l’âme agit) dans notre vie… Voilà ce qu’est la physique quantique…

Faites l’expérience par vous même, lisez, ayez la foi… et j’aimerais pour clôre ce monde de magie écrire encore deux citations du livre de Gregg Baden :

« L’imagination crée la réalité… L’homme est tout imagination » de Neville. Poète et visionnaire.

« Il y a deux façons de se leurrer. La première, c’est de croire ce qui n’est pas vrai ; la seconde, c’est de refuser de croire ce qui est vrai. » Soren Kierkegaard, Philosophe.Clin doeil

 

Jeudi 15 janvier 2009

MA GENEALOGIE A MOI !!

Pourquoi dire cela ?

Parce-que c’est réellement au travers de cette Magique Généalogie que notre vie change… et je dirais que l’on a parfois envie de s’approprier CE QUE L’ON AIME !!!

Alors non… ce n’est pas moi qui suis à l’origine de cette fabuleuse technique mais je pourrais dire que je la pratique avec tout le coeur, l’amour et la délicatesse dont je suis capable.

C’est le regard de la Généalogie qui nous apporte une véritable libération émotionnelle.

La Généalogie est issue de recherches psychologiques et scientifiques. Tout d’abord avec le Dr. Rick Hamer.

Ce médecin Allemand se voit un jour retirer par la vie son fils bien aimé. Suite à la douleur de cet évènement dramatique il développe un cancer ; et là toute sa vie bascule dans une recherche scientifique et psychologique qui continue encore aujourd’hui au travers de ses élèves et successeurs.

Suite à sa maladie il met en lumière la corrélation qui existe entre l’atteinte de foyers de neurones au cerveau (il est spécialiste en scanners cérébraux), le stress d’un évènement soudain et brutal et la décharge qui se fait sur les organes (image : idem un tableau électrique qui disjoncte sur un fusible.)

Notre cerveau est le garant de la Survie de l’espèce et de notre Survie, il ne fait pas la différence entre un évènement réel, virtuel, imaginaire ou symbolique : Peur pour soi ou pour l’autre = Peur pour soi. La peur de la chose crée … la chose.

Le Dr. Hamer va passer des années auprès de ses patients, les interrogeant sur LEUR VECU avant le développement de la maladie.

Il comprend alors l’importance du RESSENTI sur le dévellopement de telle maladie – et pas une autre – et met au point une véritable cartographie du cerveau.

Ses travaux sont repris par le Dr. Claude Sabbah qui refait encore les mêmes constations, les étoffe et les enseigne à travers le monde.

Ces deux hommes courageux, parfois en bute à leur propre corporation continuent aujourd’hui de perpétuer cet enseignement.

Alors il ne s’agit pas là d’aller à l’encontre de la médecine officielle et encore moins d’interrompre un traitement prescrit ou de déconseiller une visite médicale !!! Pas du tout !!! Il s’agit d’accompagner et de mettre en lumière certains aspects de vie d’une personne tout au long de son traitement officiel.

Allons nous nous pencher en priorité et EXCLUSIVEMENT sur LA MALADIE ? NON !!! Nous allons déchiffrer L’ENSEMBLE du parcours de vie qui a fait que aujourd’hui nous avons BESOIN de cette maladie.

Y a t-il quelqu’un qui a envie d’être malade ou d’avoir une incapacité physique ou psychologique ? Non bien sûr, et pourtant… pourquoi suis-je malade ou ai-je cette incapacité dans ma vie ?

Parce-que INCONSCIEMMENT j’ai mis en place un mécanisme qui fait que aujourd’hui cette maladie me sert et m’aide à gagner du temps dans la résolution d’une question dont je n’ai pas la réponse pour l’instant. Donc inconsciemment j’ai BESOIN de « ma maladie ». Je n’en ai pas ENVIE bien sûr, mais la maladie m’aide à gagner du temps en attendant la résolution de ma question.

Alors le patient qui a le courage d’aborder son parcours de vie dans son ensemble va parfois au devant de grandes surprises et de grandes découvertes. Il en arrive souvent à REVOIR SON JUGEMENT sur lui même et aussi sur son entourage en DECULPABILISANT. Il découvre souvent en constituant son dossier des faits familiaux inconnus qui éclairent d’un jour nouveau toute son histoire. Ne serait-ce « que » pour la constitution de son dossier et parfois par les prises (ou reprises) de contact avec son entourage lorsque cela est possible… il a déjà commencé à changer.

Jeudi 15 janvier 2009

Rire

La Naturopathie Qu’est-ce-que c’est ?

Un de mes professeurs nous disait que… « la naturopathie mène à tout… » et selon le Naturopathe qui la pratique elle aura différents visages !

Je dirais que la Naturopathie c’est avant tout le RESPECT de notre vie, de notre corps, c’est se nourrir en conscience des photons de lumière solaire, c’est se nourrir en conscience et en abondance de fruits et légumes parfois un peu oubliés…

La Naturopathie c’est aussi Respirer en conscience et se sentir Vivant dans un Monde Vivant à l’aide parfois d’une supplémentation douce en lithothérapie par exemple, parfois il faudra un léger drainage en phytothérapie, lors d’un problème de santé plus important ce sont les huiles essentielles qui seront utilisées, des Fleurs de Bach ou de la Spagyrie peuvent venir soutenir un état émotionnel passager ou chronique et enfin… l’Homéopathie viendra parfois là où on ne l’attend pas, répondre à un problème plus ancien ou héréditaire.

La Naturopathie peut prendre aussi la forme d’un « plan alimentaire » personnalisé. Parfois nous croyons bien faire en privilégiant tel ou tel aliment ou cure alors que cela ne nous convient pas du tout… A l’aide de la kinésiologie de rapides tests de compatibilités se font en cabinet.

Je travaille également avec d’autres praticiens en Naturopathie :

Mr. José Garcia à Genève (et en Valais) : 022.736.75.18.

Mme. Fabienne Grossrieder à Romanel S/Lausanne pour la méthode Naet (Allergies) : 021.601.35.82

Mme. Myriam Repond à Bussigny, pour un massage (et reboutage) énergique, revitalisant et … plein de bon sens !!! ET le Rééquilibrage/purification de l’habitat……………..  021.701.55.79

Mme. Marylène Strauss également pour l’EFT, enseignante en EFT : 078.665.76.70

Mercredi 14 janvier 2009

                                        

                                                     LA THERAPEUTIQUE CRÂNIO-SACRÉE 

La thérapie crânio-sacrée est un travail corporel qui agit en profondeur et directement sur le système nerveux. Il s’agit d’appliquer des pressions légères et précises sur le crâne, les membranes et les fascias pour réajuster le système. 

Cette technique est particulièrement efficace pour activer les capacités d’autoguérison du corps, et intervient également à un niveau énergétique très subtil. 

Les origines de la méthode :

C’est le Dr. John E. Upledger, neurologiste américain, qui a le premier mis en évidence l’existence dans le corps humain d’un mouvement rythmique appelé ultérieurement « primaire », dont l’origine physique se situe dans les ventricules du cerveau, lieu de production du liquide céphalo-rachidien qui entoure et protège avec les méninges l’ensemble formé par le cerveau et la moelle épinière.

Comme il le raconte lui-même dans un de ses ouvrages tout a commencé lors d’une intervention chirurgicale en 1971, au cours de laquelle il s’agissait d’extraire une calcification plaquée à l’extérieur de la dure-mère, c’est-à-dire de la méninge la plus fibreuse, dans la région cervicale moyenne d’un patient. Cette opération s’est révélée extrêmement difficile car cette membrane était agitée d’un mouvement ondulatoire rythmique qui perturbait l’opération.

Le mouvement de la dure-mère obéissait à un rythme d’environ 8 cycles par minute. Ce rythme physiologique, autre que les rythmes respiratoire et cardiaque, ressemblait à un flux et à un reflux du fluide contenu dans les méninges. Cette observation, qui n’avait jamais été décrite dans aucun ouvrage médical, a été le point de départ d’une grande aventure, d’autant que la réussite de l’opération a permis de faire disparaître en quelques temps une grave dystrophie cutanée des deux pieds du patient, qui l’empêchait de marcher. 

Le Dr. Upledger s’est alors lancé à fond dans l’ostéopathie crânienne tout d’abord, en entrant au département de Biomécanique du Collège de Médecine ostéopathique de l’Université d’Etat du Michigan où il a pu ensuite conduire des travaux scientifiques et des recherches cliniques qui lui ont permis d’aller plus loin et de créer son propre système thérapeutique, actuellement largement diffusé aux Etats-Unis. 

En quoi consiste la thérapeutique crânio-sacrée ?

John E. Upledger s’est rapidement rendu compte qu’il était possible de percevoir avec les deux mains le mouvement rythmique primaire d’une personne. Un appareillage technique sophistiqué lui a permis de mesurer précisément le flux du liquide céphalo-rachidien qui s’est révélé obéir à un rythme de 6 à 12 cycles par minute chez un être humain en bonne santé. 

Bien évidemment, et c’est là que commence l’implication thérapeutique, toute situation pathologique, qu’elle soit d’ordre purement physique ou psychique, amène à une modification de ce rythme fondamental, soit dès son origine, la tête, soit dans une partie précise du corps. C’est bien sûr à la tête que l’on peut le mieux percevoir la mobilité rythmique crânio-sacrée, car elle s’accompagne d’une alternance légère de contraction et dilatation de la boîte crânienne. Avec de la pratique cependant, ce rythme peut se percevoir à n’importe quel endroit du corps. 

Dans des circonstances normales, l’activité rythmique se perçoit au niveau du bassin comme un léger mouvement de balancier du sacrum. En flexion, les os du crâne s’élargissent et le sacrum remonte. En extension, les os crâniens se contractent et le sacrum descend légèrement. Entre ces deux mouvements se situe une zone neutre de repos. 

La thérapie va donc consister à poser les mains sur certaines parties du corps autant dans un but de perception que de traitement afin de rétablir le flux physiologique. Selon les cas, certaines pressions légères sont appliquées sur le corps. 

Deux possibilités : soit contrer un mouvement pathologique, c’est la méthode directe ; sois aller avec la main dans le sens maximum du mouvement pathologique et bloquer le retour, c’est la méthode indirecte. Le but de ces pressions et applications est d’obliger le corps à trouver une voie de libération de l’énergie bloquée dans le processus pathologique. La thérapie libère les restrictions à la mobilité et rompt les barrages énergétiques. 

Matière et énergie : une continuité.  Il est fondamental de préciser à ce stade que le mouvement rythmique primaire est associé à une vibration électro-magnétique vitale, autrement dit à une énergie qui imprègne tout l’être et qui est de nature rythmique et tourbillonnaire. Le tourbillon ou spirale est partout dans le corps : limaçon et canaux semi-circulaires des oreilles, empreintes digitales, torsions osseuses et dentaires, trame du fond d’œil, implantation des cheveux, cloison musculaire du cœur, etc. et partout dans l’univers : vents, cyclones, formation des vagues, des galaxies, torsion des arbres et des végétaux, brins d’ADN en hélice etc. la vie est mouvement tourbillonnaire et rythme. 

La mobilité crânio-sacrée et les blocage que l’on peut observer chez un patient sont ainsi le reflet du système énergétique et psychologique de l’individu. Comme la physique quantique l’a maintenant démontré, la matière est de l’énergie condensée et la continuité corps-énergie ne fait plus de doute. Le corps lui-même est évidemment à considérer comme une unité. Les fascias de tissu conjonctif qui enveloppent les organes sont en interrelation constante.

Ainsi, tout choc physique ou émotionnel vécu par une personne correspond à une entrée d’énergie qui va être plus ou moins bien traitée par l’individu. En cas de problème, un mécanisme de rétention de l’information énergétique va affecter l’équilibre énergétique global et la mémoire cellulaire de certaines parties du corps, modifiant sensiblement le flux du liquide céphalorachidien et créant des barrage.

De véritables « enkystements » énergétiques peuvent se produire susceptibles de provoquer avec le temps des dysfonctions métaboliques pouvant aller jusqu’à la somatisation pathologique.  Le but de la thérapie est donc d’aider à la déprogrammation et au « nettoyage » des mémoires perturbatrices logées dans les corps physique et énergétique. 

Comment se déroule une consultation ?

Après une anamnèse usuelle, le patient est couché sur une table d’examen, parfois assis, et se décontracte autant que possible. Le thérapeute s’assied au début à sa tête et appose ses mains sur le crâne. La thérapie comporte un protocole de base de 10 prises manuelles le long du corps, appelé le « ten steps protocol », des prises dites de « vectoring » utile à l’évaluation de la situation et une série d’autres prises de traitement.

Ces prises n’ont rien à voir avec des manipulations d’ordre ostéopathique, chiropractique ou vertébral, il ne s’agit pas davantage de massage, le patient restant par ailleurs habillé. Le traitement est un processus apparemment passif et lent, une suite d’applications manuelles douces et en aucun cas des manipulations, débouchant sur une réharmonisation profonde de l’individu, et durant en moyenne environ trois quart d’heure. 

Une série de trois à six séances, espacées de trois semaines, est le plus souvent nécessaire pour faire avancer le patient ou débloquer une situation. C’est par étapes successives qu’un travail de fond peut être effectué, comme si l’on pelait un oignon, couche après couche. 

Les effets de la thérapie : Les indications de cette thérapie sont très vastes : elle peut s’appliquer autant à des pathologies physiques qu’à des troubles d’ordre psycho-émotionnel. Les seules contre-indications sont liées aux maladies graves du cerveau lui-même (tumeurs, épilepsie, schizophrénie, lésion traumatique, méningite) ou au système circulatoire cérébral (anévrisme, hypertension intracrânienne, attaque cérébrale ou cardiaque en phase aiguë), pathologies qui amènent de toute façon le patient en milieu hospitalier. 

Cela dit, le patient sera susceptible d’éprouver toute une série de sensations physiques (chaud, froid, picotements, spasmes musculaires, tremblements, douleurs fugaces) ou d’impressions plus subjectives (couleur, éclairs lumineux, sons, images, émotions) mais non moins réelles pour lui.

 La thérapie peut amener également à ce que l’on appelle le lâcher-prise somato-émotionnel, qui est la sortie plus ou moins forte d’une émotion qui a été retenu prisonnière dans le réseau énergétique et biologique du patient, car non exprimée et non conscientisée. L’énergie canalisée par le thérapeute et le travail de libération de l’enkystement ancien permet des déblocages émotionnels qui se manifestent le plus souvent par des pleurs ou des cris et même parfois des rires. 

Quant au thérapeute, il va lui aussi ressentir des sensations physiques et capter des images ou des mots, tout ce ressenti mutuel étant ensuite échangé à la fin du travail. Il est aussi possible de travailler à plusieurs thérapeutes en même temps.

On parle de médecine vibratoire et supra-luminique parce qu’il semble bien que ce genre de travail permette des flux d’information de haute fréquence, affectant la mémoire cellulaire à des niveaux profonds submoléculaires et subatomiques, où la fréquence vibratoire dépasserait celle de la lumière. Il est d’ailleurs intéressant de constater que la notion de temps disparaît pendant toute la durée du traitement. 

  

Pour en savoir plus : « craniosacral therapy » de J.E. Upledger & J. D. Vredevoogd, Easstland Press. 

                            

                              img0160.jpg